La Légende de la Taverne Maudite

Carnet de bord du Capitaine Eustache Busquet

J’ouvrai les yeux au beau milieu de la nuit, allongé sur le sable, la vue encore trouble et éblouie par une pleine lune laiteuse. Je me redressai pour m’asseoir avec un mal de crâne et des courbatures : ma tête était bien sur mes épaules.

Cette réflexion pouvait sembler curieuse, mais à ce moment précis, mon dernier souvenir était le tranchant et la froideur d’une lame anglaise qui me condamnait à mort par décapitation, en cet an de grâce 1217. D’un autre côté, je l’avais bien cherché, moi, Eustache Busquet, dit « le Moine Noir ». Comment en était-je arrivé là, moi l’ecclésiaste, le moine bénédictin de l’abbaye Saint Wulmer de Samer du nord du Royaume de France ? Simplement la vengeance… L’assassinat de mon père me fit quitter les ordres en 1190 et je me consacrai à la magie noire avant de devenir le pirate le plus redoutable du Royaume.

Ecumant la Manche, ravageant et pillant tout sur mon passage, j’étais si ivre de victoire et de trésors que j’en devins mercenaire, vendant mes services au plus offrant… et ce fut précisément ce qui me fit tout perdre. Tout avait une fin et ma capture par les Anglais me le fit bien comprendre…

Pourtant, je n’étais pas mort… et en me levant et marchant quelques pas sur la plage, je le vis alors au large, majestueux et sombre, flamboyant de lumière noire : mon navire !

Soudain, mon amnésie passagère disparut totalement et les derniers événements se remirent en place, tels des éclairs dans la nuit. Suite à mon exécution, mon corps fut jeté à la mer, mais mon âme, elle, se dirigea droit en Enfer. Il ne pouvait en être autrement, j’avais péché : j’avais trahi l’Eglise, spolié, tué… Il était donc logique que j’y croupisse jusqu’à la fin des temps.

Pourtant, la sorcellerie que j’avais apprise en Espagne me permit de trouver une autre « fin » et de rencontrer le roi des Enfers : Lucifer. Le Diable avait vu ce que j’avais fait et m’offrit une seconde chance à son service…

Le pacte était simple : il me redonnait mon navire et ma vie éternelle à la condition que j’écume de nouveau les mers pour enivrer la terre entière de ses boissons démoniaques… Et tant que ses breuvages des Enfers trouvaient clientèle, je resterais en vie. Ainsi naquit ma nouvelle destinée…

Ainsi naquit la Taverne Maudite.